Retour sur les claviers mécaniques

En novembre dernier, je vous parlais des claviers mécaniques, de ce que c’était concrètement, du pourquoi ça m’intéresse et de ce que j’avais commandé. Je peux maintenant vous faire un petit retour !

Clavier KDBfans

Le premier clavier que j’ai acheté et testé vient du site KDBfans. Cette entreprise basée en Chine propose à la fois des éléments pour assembler son clavier et des claviers déjà montés (taille et design) pour lesquels vous pourrez uniquement choisir le type de plate et de switches.

J’avais donc commandé un clavier de taille 60%, des switches Cherry brown, avec un PCB qui s’allume par en dessous. Très sympa au touché, le clavier est plutôt léger bien que robuste, et les leds qui changent de couleur donnent un effet néon rétro qui s’accorde bien avec ma souris. Je trouve la taille 60% relativement agréable car j’ai peu souvent besoin d’utiliser les chiffres et les touches absentes du clavier. Par contre, je galère toujours sur certains caractères n’existants que sur un clavier iso-fr (je rappelle que ce clavier est en qwerty).

Un clavier “portable” et idéal pour taper du code.

Le clavier est programmable avec le logiciel VIA, si j’ai besoin de changer la configuration. La livraison a été plutôt rapide (Fedex) mais il y a des frais de douanes à prendre en compte.

Clavier Varmilo

Pour être tout de même plus à l’aise, je me dis que je veux aussi un clavier iso-fr. Je décide donc de commander un second clavier chez Varmilo, un keyboard artist.

Le site propose un menu de personnalisation ultra complet. On peut littéralement tout choisir : la taille du clavier (65, 80 ou 110%), le layout (ANSI, iso, Jis), si on veut des leds sous le PCB, si on veut du Bluetooth, les couleurs des différents éléments (plate, case, keycaps, etc).

Je me suis inspiré d’un design déjà proposé par l’artiste mais sous une autre disposition de clavier, et j’ai adapté l’ensemble à mon besoin et mes goûts. Le clavier est de taille 80%, en iso-fr, avec des switches Cherry brown et Cherry grey (pour le barre d’espace, la touche Entrée et la touche Retour),  une case en ABS et des keycaps en PBT.

Livré rapidement (Fedex toujours), très bien emballé, dans une boite aux couleurs de l’entreprise (et non pas un simple carton), l’ensemble transpire la qualité de fabrication. Le clavier est lourd et solide et convient parfaitement à ce que je recherchais. C’est devenu mon nouveau clavier principal.

Clavier Kprepublic (DIY)

Comme j’ai eu envi d’aller au bout du sujet, j’ai commandé de quoi assembler moi-même un clavier. J’ai donc commandé les éléments techniques chez Kprepublic, à savoir un PCB XD87 hot swappable en 80% avec des switches Gateron blue.

La case ressemble beaucoup à celle utilisée par Varmilo, aussi lourde et costaude. L’assemble globale est très simple et assez rapide. On place le PCB dans la case, on ajoute la plate, on clipse  les switches. C’est très agréable de simplement clipser les switches sur le PCB et de ne pas à devoir souder tous les éléments. Si un jour je veux tester d’autres switches, il suffit de tirer dessus avec un petit outil et de les remplacer par un nouveau modèle.

Pour faire fonctionner le clavier, il faut “flasher” le PCB, c’est-à-dire mettre dedans un bout de logiciel pour que l’ordinateur comprennent comment sont disposées les touches. J’ai dû passer par un logiciel existant sur Windows pour faire ça, après avoir re-démonté tout ce que je venais de faire car il fallait faire contact sur deux trous du PCB pour le faire redémarrer. Pas bien compliqué mais dommage que sous Linux je n’ai pas trouvé les outils pour faire ça. J’étais quand même bien content de trouver un peu de document sur le site de Kprepublic.

Le clavier est maintenant reconnu par la machine, je peux fermer l’ensemble et ajouter les keycaps. Pour information, les switches blue font beaucoup plus de bruit que les brown (et j’aime bien !). On sent et on entend le “clic” juste avant que la touche arrive en bout de course. De quoi énerver les gens qui travaillent à côté de vous, mais le plaisir au touché est top (un peu façon ancienne machine à écrire).

Pour les keycaps, j’ai pris un modèle en PBT sur Aliexpress qui reprend les éléments graphiques (couleurs, formes, design) de la Famicom de Nintendo. J’ai donc un clavier personnalisé et assemblé à la main. Il est aussi en qwerty (il n’existe pas de PCB hot swappable en iso-fr) mais je vais pouvoir m’amuser à le modifier un peu quand je veux, changer les keycaps, et pourquoi pas en prendre sous format XDA ou SDA, ce qui permet d’intervertir les touches et de faire un pseudo clavier azerty (l’arrondi des touches étant le même partout). Je pourrai même tester l’écriture en Bépo si je suis motivé.

J’ai de quoi continuer mes tests et m’amuser, et surtout de quoi taper mes textes de manière plus agréable et durable. Avec une moyenne de 50 millions de frappes supportés par clavier, j’ai du temps devant moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code